Agathe IDALIE ATELIER - GALERIE

Mon chemin ne ment


Relevailles (2017)

Au commencement
Comme en ce moment
La toile accueille mon débat,
Mon combat.

Créer, séparer.
S’extraire de l’informe,
Se faire existant
Séparé. De toile en toile
Cheminement :
Mon chemin ne ment.

Vaincre la confusion, l’agrégat,
Donner du jeu,
Réarticuler ce que la vie
Déserta. - Genèses,
Réveiller
La vie retombée, ranimer
L’espace,
Désamorcer le figement.

Peindre, acte décisif,
Se donner droit de cité,
De toile en toile.
Se réoriginer.

La langue première


Aire de restauration (2009)

Je suis née à Paris de parents exilés : l’art et la littérature leur tenaient lieu de patrie. Venus de deux mondes disparus (l’intelligentsia russe « blanche », le yiddishland roumain), et réunis dans la seule langue française, ils n’ont pas transmis leurs cultures d’origine ni les modulations de leurs langues respectives. Je dois retrouver par moi-même la musique ancestrale, la langue première mutilée, je dois la réinventer.

Avant de me consacrer franchement à la peinture, j’ai travaillé comme professeur de Lettres modernes, puis psychologue clinicienne. En quête d’un langage habité ,  je poursuis mon travail d’individuation qui s’appuie sur la pleine présence et la création. Si des apprentissages dans divers ateliers de dessin et de sculpture m’avaient équipée d’un savoir, les retrouvailles avec la magie de la couleur m’ont permis de m’approprier une voie plus personnelle. Peindre est un engagement intime que l’on s’autorise à la première personne.

J’ai quitté Paris et choisi Avignon en 2010, ville sainte, surtout ville ceinte, espace favorable à l’intériorité et à la création. Une maison de ville, présidée par un chat . Selon mes nécessités et ma fantaisie je réordonne le monde par la force d’un agencement magique qui m’appareille (couteau, pinceaux, et les tubes, et l’onction du medium) face à la  toile, support de genèses renouvelées. C’est ma façon d’incarner, de résoudre et de partager dilemmes et évidences, et de me relier à l’univers : cuisine sacrée et profane.
J’ai exposé - à Paris avec les « Ateliers d’Artistes de Belleville », à Avignon à « l’Espace Melido » (Café « Françoise »), avec l’Atelier Marie Laurencin pour le Parcours de l’Art, dans ma maison de la rue Roquette. Il importait avant tout d’ouvrir ma « Salle aux Images » intérieure, d’y instaurer l’espace du «  peindre », trouver ma propre entrée.

Créer

La création est une tâche librement menée, d’autant plus difficile qu’elle ne répond à aucune attente extérieure. Elle requiert une dose immense de foi en soi-même, de fermeté et de persévérance. Si la solitude est son appui et son amie, c’est parce qu’elle l’arrache aux influences et aux facilités ; parce qu’elle fait preuve à son égard de la terrible exigence de l’amour.
Jacqueline Kelen.  L’esprit de solitude

Pèlerin le peintre, de toile en toile je me déplace, fais  avancer sa partie, et mon chemin ne ment: car de tableau en tableau se tisse un cordage qui me soutient, m’engage à ne pas me lasser, ne pas me satisfaire d’un confort, d’un accord avec « la galerie ».
Ma quête est garante de l’existence du chemin, de toile en toile élaguer, émonder, se remettre au service du présent, de l’inconnu. Libérer le vivant prisonnier dans la gangue du convenu, libérer la lumière. De toile en toile je relance l’affaire, en un acte de réanimation qui est ma folie et mon loisir, passion et jeu qui me relient aussi aux autres, à vous.

Talisman le tableau garde la mémoire des combats qui se sont succédés en lui : champ de bataille, d’expériences, aire de transformations, sa surface conserve la trace des énergies transmutées. S’il porte dans son épaisseur les marques de sa gestation et des chirurgies réparatrices, - cicatrices, ratures - il se doit d’être au bout du compte un objet léger, festif, un compagnon fréquentable.

Cœur, source de la quête du vivant: la peinture  fait advenir une énergie de délivrance des émotions enfouies, elle la couronne. Ouverture du cœur, la peinture peut vibrer. Le tableau offre en s’achevant la version la plus supportable de l’équation initiale posée par le tableau : puisse-t-elle s’ouvrir alors sur la rencontre avec l’autre, partenaire second nécessaire à
l’accomplissement de l’œuvre.


Eveil (2019)

Retrouvailles (2017)

Stigmate


Pèlerin s’efface
Offre son sépulcre
Suaire palpitant
Irrigation tendre
Cristalline, ouverte la voie


A.B.


Déhiscence (2018)


Talisman
Présent de toute éternité
Bouclier céleste
Du fond des âges
S’avance
Imperturbable
Par sa gravité seule

Se dévoile
Contact inutile
S’offre par la puissance
De sa présence
S’avance indestructible

Effroi de certitude
Ne pas trembler
Ne pas frémir

Retournement
Paupière du cœur
A jamais protégé


A.B.


Anse 1 (2019)


Cœur pulmonaire
Réceptacle de l’infini

L’armure s’entrouvre
Saignement vivifiant
Attraction par la gravité

Permanence de l’ouverture


A.B.

Agathe IDALIE ATELIER - GALERIE


Visite à l’Atelier – Galerie lors de présentations régulières
et sur rendez-vous par email : contact@agathe-idalie.fr